mercredi 29 avril 2020

à l'heure du confinement ...

Le confinement, que nous apprenons tous à domestiquer et à maîtriser, laisse le temps de corriger quelques oublis, laissés de coté depuis quelques semaines ou mois.
C’est ainsi que je constate que mon dernier billet sur ce blog remonte à octobre dernier, le constat du temps qui passe trop vite ou plutôt l'esprit occupé par de nouvelles activités, idées et projets de voyage.
Et c’est bien cela. Je tourne de plus en plus le virage du voyage à vélo, vers de nouvelles sensations sur l’eau avec un Pédayak (kayak à pédale), mais en recherchant toujours cette itinérance libre, et cette notion du voyage lent.
C’est ainsi, que j’ai retrouvé David (créateur du PEDAYAK), au salon NAUTIC de porte de Versailles en déc.19, et comme promis lors de notre rencontre à Lyon à l’été 2018 (détour sur mon périple à vélo en France), il m’a déposé un PEDAYAK que je vais tester et essayer.
Au NAUTIC 2019, à coté du Pédayak.
1er essai en configuration mer/océan et fleuve à coté de Royan, entre Noel et 1er de l’an.
Vidéo de l'essai du Pédayak en Charente Maritime

Ce qui m’a permis de m’approprier le Pédayak dans les vagues de St-Georges, les courants de la Gironde à Meschers ou ceux de la Seudre.

Puis dès janvier, je l’installe au plan d’eau de St Quentin/Yvelines et après échanges avec David, j’adapte quelques évolutions en plaçant une paire de flotteur et gagner ainsi en stabilité dans les vagues et à l’usage de la voile.

 

Il m’a fallu attendre de passer les tempêtes et coups de vent de février-20 avant de tester le Pedayak équipé de sa voile et ses flotteurs. C’était le samedi, juste avant le confinement.

Vidéo du Pedayak sous Voile et flotteurs (St Quentin/Y)

Depuis, et à ce jour de fin Avril-20, je dois patienter pour retrouver mon Pedayak et continuer mes essais avant de me projeter sur un périple cet été sur les bords de la Bretagne, en fonction de la durée de mes congés et en visant  

Et donc, me voilà à tourner la page du voyage à vélo qui m'a tant apporté en découvertes, en émotion, pendant et après mes voyages.
Ces voyages et les films présentés dans les festivals et sur d'autres rendez-vous de voyageurs m'ont permis de récolter de l'argent au profit de l'association du pensionnat de Uganda-hilfe / Kagadi, où j'avais séjourné lors de mon tour d'Afrique en 2013.
C'est une grande joie et une fierté d'avoir pu ainsi reversé une somme correspondant à 3 cycles de scolarité pour enfants.
3 Enfants scolarisés qui obtiendront leur diplôme et qui permettra de décrocher un métier/un poste dans l'administration Ougandaise et changer ainsi le cours de leur existence.
3 enfants, c'est peu par rapport aux besoins de ce pensionnat et de la scolarité en Afrique, mais c'est
la goutte d'eau du colibri, et chacun à sa façon peut apporter sa contribution, je remercie donc très-très chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à l'achat des DVD, à la participations aux festivals, aux interventions en classes d'écoles, aux amis, aux collègues, aux voisins, etc ...
Fev.20. Participation au festival ABM Le Mans (sans doute le dernier !)
Je vais maintenant vers de nouvelles expériences nautiques, un nouveau cycle d'apprentissage car je suis quand même néophytes sur l'eau, mais j'aime quand tout est à découvrir ou inventer.
Mais par ces temps de confinement et de restriction de déplacement, je pense que mon vélo va ressortir rapidement de la cave, avec ou sans les sacoches, pour m'envoyer sur quelques chemins de traverses d'ici cet été, à 100km Max. de mon domicile.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire